Reconstruction du LCA. Protocole d’auto rééducation

L’implication du patient et le suivi personnalisé par le chirurgien sont les piliers de la méthode. Ce protocole est rendu possible par la précision, le caractère mini invasif et la solidité du montage TLS.

Durant les 3 premières semaines deux seuls points sont à surveiller et à éviter :
1. l’installation d’un flessum, c’est-à-dire la tendance du genou à se positionner en légère flexion avec les plus grandes difficultés ensuite à l’allonger complètement.

Il importe de travailler l’extension comme cela a été indiqué à la Clinique, contraction du muscle vaste interne, assis sur un tapis, bras croisés, en comparant les deux genoux. L’extension était acquise à la fin de l’opération, il importe seulement de ne pas la perdre.

2. le gonflement, pose problème s’il est volumineux : il va entraîner des douleurs, favoriser le flessum. Souvent il se résorbe de lui-même, parfois il faut le ponctionner. Sa survenue ne pénalise pas le résultat final mais fait fortement ralentir les progrès et la récupération fonctionnelle. Il est le témoin d’un saignement dans le genou ou de la production de liquide inflammatoire synovial en trop grande quantité. La prévention en est simple, c’est le calme, le repos et le bon sens dans les 3 premières semaines. Il faut peu se déplacer, économiser ses gestes, marcher avec attelle et cannes. Les mouvements abusifs sont de nature à fabriquer du liquide synovial en excès ou même à faire saigner dans le genou, surtout s’il y a un traitement anticoagulant.

Ces deux seuls points méritent notre attention au cours de ces trois premières semaines. En effet la flexion, le confort et plus tard la force musculaire reviendront sans que l’on ait vraiment à s’en occuper. Il est recommandé d’essayer de plier son genou en enlevant l’attelle plusieurs fois par jour, mais aucun exercice autre ne doit être envisagé. Plus on est calme dans les 3 premières semaines, plus cela ira vite ensuite.

Il suffit de laisser le genou gagner en flexion, vérifier la qualité de son vaste interne. Aucun sport, surtout pas de musculation, stepper, trampoline, stimulation électrique, travail proprioceptif ou piscine. Respecter son genou, le ligament est en phase de fragilité : les imprudences ou excès vont l’abîmer et le distendre sans que vous ne vous en rendiez compte.

De 3 à 9 mois
Reprise progressive de vélo, natation et course, petites distances.

A 9 mois
Reprise de l’entraînement sportif intensif et des sports de pivot dès que la condition physique est bonne.

Les questions, les idées reçues

la musculation précoce est elle importante ? : non, elle ne sert pas à grand-chose et va tirer sur la greffe et risquer de l’abimer. Le muscle reviendra entre le 6° et le 9° mois.

Je me sentais bien sur mon genou donc j’ai pu reprendre le sport plus vite que prévu, et je suis content. C’est toujours une erreur : la chirurgie moderne du LCA donne assez vite des genoux confortables mais la durée biologique de la guérison est une constante qu’il faut respecter et qu’on ne peut pas accélérer. On se sent bien, mais la guérison biologique n’est pas finie. Vous avez peut être distendu votre nouveau ligament, sans vous en rendre compte : il n’y a pas de signal d’alarme immédiat mais dans un an la déception risque d’être au rendez vous.

J’ai lu qu’un sportif professionnel à rejoué au football beaucoup plus rapidement, pourquoi ? Ce n’est pas parce qu’il existe une opération secrètement meilleure réservée à une élite ou parce que ses muscles et tendons ont des qualités particulières. Il a été opéré comme vous, mais la stratégie générale est différente : il a besoin de son genou très vite (faute de quoi on va l’oublier) et pour peu d’années (les carrières de haut niveau sont assez courtes). Pour la plupart d’entre nous les choses sont différentes ; une interruption sportive est désagréable mais elle ne ruine pas une carrière, et il faut penser au long terme car notre retraite sera beaucoup plus tardive. En somme une reprise très précoce chez un athlète de haut niveau est un risque calculé et assumé.

Vous ne parlez pas de rééducation intensive. La rééducation des genoux opérés dans les périodes précédentes était difficile, pénible et devait faire appel à des programmes dirigés par des spécialistes. La précision chirurgicale s’est améliorée, l’opération est moins invasive et maintenant il importe plus de gérer la guérison que de pousser un genou récalcitrant. Le recours à des programmes lourds est moins fréquent.

A partir de quand est on vraiment bien? Pas avant 9 à 12 mois. Un bon résultat est un genou solide, qui ne vous trahit pas durant le sport : vous vous en servez avec plaisir mais il reste sensible, différent. Il est rarement complètement oublié. Le confort final dépend surtout de l’état des cartilages et des ménisques.

A partir de quand puis je faire de la musculation ? Commencer àprès 6 mois, très progressivement.

Pourquoi attendre un an pour reprendre un sport de pivot ? Parce que c’est le délai nécessaire à la maturation de la greffe : regardez cette séquence d’IRM qui montre l’évolution de la greffe chez le même patient depuis le jour de l’opération jusqu’à 12 mois ; la densité initiale (greffe toute noire) disparait à 3 et 6 mois (greffe grise) et ne réapparait qu’à un an (greffe à nouveau noire). Une sollicitation abusive trop précoce risque d’abimer la greffe qui est longtemps fragile. Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un phénomène biologique naturel qui ne peut pas être accéléré !

healing

PLUS ON EST CALME PLUS ON IRA VITE ET LOIN

Catégories :Chirurgie orthopédique, Genou | Mots clés: